PHOENIX MUSICOLOGIK PARTY

image_ghetto_1970_edited.jpg

Il était une fois …

Émergeant au milieu des années 1960, Le Funk puise ses racines dans le Rythm and Blues et la Soul, les paroles insistent sur la défense des Noirs et les difficultés de la vie du ghetto. Les influences musicales viennent des fanfares de la Nouvelle Orléans et du Gospel chanté et appris dans les églises fréquentées par la communauté afro-américaine. Le Funk c’est aussi ce dialogue unique, cette rythmique entre la batterie, la basse et la guitare, l’ensemble donnant cet effet chaloupé qui prend au corps : le « groove ».

A la fin des années 1970, dans les quartiers du Bronx, de Brooklyn et du Queens à New-York, des soirées appelées « Block-Party’s » sont organisées aux pieds des tours où vit la communauté noire essentiellement. Les DJs mixent avec vinyles et platines, tables de mixage et Sound system. Kool Herc et Grandmaster Flash du Bronx et Afrika BamBaata du Queens sont considérés comme les premiers DJs de l’histoire du Hip-Hop.

 

La House apparait à Chicago, Détroit et New-York aux États-Unis et simultanément à Manchester (Angleterre) et Berlin (RDA) dans les années 1980.
Kraftwerk, groupe allemand révélé au début des années 1970, bouleversant les codes avec un mélange de boites à rythmes, de synthétiseurs et d’effets sonores expérimentaux, inspire considérablement les premiers compositeurs de House en Angleterre et de l’autre côté de l’océan atlantique.